Love & Light

lovelight

2011 - Après Thankful, album de transition faisant suite à une longue aventure intérieure et marquant son retour à la scène, Love & Light nous montre enfin le nouvel homme qu'est devenu Magic Buck après toutes ces années.

 

Aujourd'hui Buck est plus que jamais là, vivant intensément ses passions au jour le jour, et nous inonde d’Amour et Lumière au long de ces treize nouvelles compositions pendant 64 minutes. Il nous offre le plaisir de partager quelques morceaux avec trois artistes dont il a régulièrement croisé le chemin ces dernières années : Manuto (guitare hawaiienne Weissenborn), Mike Greene (mandoline, accordéon et chant) et Tony Zombi (banjo) qui le rejoignent à tour de rôle. 

 

 

 

 

 

lovelightdigiblack             

 

 

"La musique de Buck n’est pas le blues de tout le monde. Le blues colle tellement aux semelles de ses Santiags que tout son être en est imprégné. Les titres sont autant de témoignages et de confidences pour qui sait en attraper les mots, les caresses, les baffes aussi… Car rarement dans le blues français, la musique d’un artiste ne touche autant quiconque fait l’effort d’y être véritablement attentif"

(Marc Loison - Blues & Co)

 

"Enregistré dans le même studio que son prédécesseur Thankful sorti il y a trois ans, cet opus concrétise le chemin parcouru depuis"

(Frankie Bluesy Pfeiffer - Paris-Move) 

 

"Magic Buck fait partie de cette race de bluesmen tellement atypiques et sincères qu’on a envie de creuser pour en savoir un peu plus sur leur parcours"

(Serge Scibosz - BCR)  

  

"Du début à la fin les atmosphères varient d’un titre à l’autre pour nous emmener vers cette lumière qui semble éclairer Buck de l’intérieur et qui apporte l’apaisement"

(Gilles Blampain - Blues Again)  

  

"Buck mélange bien le répétitif et les transitions mélodiques, la maturité et le vécu transparaissent. les styles sont variés, proposant suffisamment d’accroches pour donner envie de remettre le disque sur la platine"

(Christophe Mourot - Soul Bag)  

  

"Magic Buck n’en fait qu’à sa tête et c’est bien là ce qui nous réjouit le plus, d’autant que comme toujours ses idées sont dignes d’intérêt et que sa manière de les mettre en forme est incontestablement celle qui leur donne le plus d’intérêt"

(Fred Delforge - Zicazic)  

 

"L’album le plus abouti sans doute parce que le plus intimiste et personnel de Magic Buck"

(Myriam Chazalon - Peppermint Blues)